Dix lieux mythiques à visiter avant qu’il ne soit trop tard

7 Novembre 2016 - Sur notre planète

Dix lieux mythiques à visiter avant qu’il ne soit trop tard

Pollution, dégradations volontaires ou non, fréquentation trop intense, voilà autant de raisons qui font que des endroits remarquables par leur beauté naturelle, leur valeur archéologique ou la richesse de leur histoire risquent de disparaître à tout jamais.  Découvrons ensemble quelques-unes de ces merveilles avant qu’elles ne soient plus que de fabuleux souvenirs détruits, malheureusement trop souvent, par la main de l’homme.

 

Île de Pâques 

Le principal ennemi de l’Ile de Pâques, reconnue surtout pour ses célèbres statues Moaï, est l’afflux de touristes qui produit une surconsommation des ressources naturelles de l’île, dont l’écosystème demeure très fragile. Pour protéger ce site exceptionnel, les responsables locaux songent à limiter de façon significative le nombre annuel de visiteurs.

 

Le Taj Mahal 

Les 4 millions de personnes qui visitent le Taj Mahal chaque année provoquent une dégradation de la blancheur immaculée de ce merveilleux palais  du 17e siècle.

L’UNESCO recommande donc aux autorités indiennes de fermer ce site d’ici les 5 prochaines années.

 

Pompeï

Ensevelie sous les cendres du Vésuve en l’An 79, Pompeï pourrait disparaître à nouveau si rien n’est fait pour remédier à la série d’incidents qui se sont produits depuis quelques années. 

2010 : effondrement de l’école des gladiateurs

2011 : c’est un pilier de l’une des plus belles villas qui cède.

2014 : plusieurs murs antiques s’effondrent à leur tour

 

La Mer Morte

50 années dans l’existence de la Terre, c’est demain.  C’est pourtant le temps estimé par les scientifiques avant que l’étendue d’eau la plus salée du monde, la Mer Morte, ne disparaisse à jamais en raison de son développement commercial à outrance et de l’utilisation massive de son affluent, le Jourdain.

 

Le Kilimandjaro

Le Kilimandjaro est le point le plus élevé d’Afrique et le rendez-vous par excellence de milliers d’alpinistes à travers le monde.  Or, il a connu une fonte des neiges de pas moins de 85% au cours du siècle dernier.  Les précipitations n’étant pas assez importantes pour compenser cette quantité de neige fondue, une vingtaine d’années devraient suffire à lui faire perdre son aspect d’origine. 

 

Venise

Quel couple n’a pas rêvé de voguer en amoureux sur une gondole à Venise.  Si c’est l’un de vos rêves, pressez-vous de le réaliser.  En effet, les scientifiques prédisent que, en raison d’une crue annuelle de deux millimètres d’eau, la ville pourrait devenir inhabitable d’ici 2028 et complètement submergée en 2100.

 

Le Macchu Picchu

L’ancienne cité Inca datant du 15e siècle, le Macchu Picchu, s’est vu imposer par l’UNESCO, une limite de 2500 visiteurs par jour afin d’éviter la dégradation du site.  Certains spécialistes estiment même que cette limite devrait être révisée à 500.  Celle-ci ne devrait cependant pas être mise en place de sitôt puisqu’un aéroport sera construit à proximité du site en 2018.  Cherchez l’erreur…

 

La grande barrière de corail

Les tempêtes tropicales, le réchauffement des océans et le flux croissant de touristes qui causent des dommages irréparables, sont autant de facteurs qui font que la grande barrière de corail pourrait disparaître en 2100, mettant ainsi fin à plus de 8 000 ans d’existence.

 

La Forêt Amazonienne

Constituant la plus grande forêt tropicale du monde avec sa superficie de 6,7 millions de km2, la Forêt Amazonienne pourrait bien disparaître dans les prochains siècles.  Déjà, au cours des vingt dernières années, plus d’un demi-million de kilomètres carrés ont disparus.  Cela équivaut à la superficie de la France.  Deux facteurs principaux provoquent cette catastrophe écologique :  l’abattage massif des arbres, ainsi que les nombreux incendies provoqués par les éleveurs et agriculteurs qui transforment la forêt en champs ou en pâturages.

 

10. Le Tibet

Les pressions menées par la Chine sur le Tibet rend l’accès à cette magnifique région de plus en plus compliqué. Une fermeture partielle qui pourrait devenir définitive dans les prochaines années si la tension ne faiblit pas.



Commentaires

Publicités

Pour annoncer dans le 20 minutes
(450) 753-3871

À lire aussi

Facebook

facebook.com/magazine20minutes