Les aliments les plus rares au monde

13 Février 2015 - Insolite

Les aliments les plus rares au monde

Difficiles à acquérir, onéreux, ces aliments sont les plus rares sur la planète. Les voici.

Le safran

Le safran, poétiquement appelé « Or rouge », est l'épice la plus chère au monde. Il est originaire du Moyen-Orient. Il a été cultivé pour la première fois dans les provinces grecques, il y a plus de 35 siècles. Pour réussir à produire une livre de safran, 50 000 à 75 000 fleurs de safran doivent être cultivées et récoltées avec soin. Une livre de safran coûte entre 500 $ et 5 000 $, selon sa qualité. Le safran pousse idéalement s'il est exposé directement à la lumière du soleil, et s'accommode mal à l'ombre. Ainsi, les meilleurs rendements sont obtenus pour les plantations exposées face au soleil (par exemple vers le sud dans l'hémisphère nord), maximisant l'exposition à la lumière.

La pastèque la plus chère du monde

Il s’agit d’une pastèque produite par Densuke, qui ne pousse que dans le nord d’Hokkaido, et dont le goût est paraît-il extraordinaire. La pastèque Densuke de huit kilos, l'une des 65 premières récoltées cette saison, a été achetée par un négociant en produits de la mer au coût de 6 100 $. Elle est cultivée exclusivement sur l’île japonaise de Hokkaido, qui n’en produit que 60 à 65 par année.

Le Melon Yubari

Les melons originaires de la province japonaise de Yubari se vendent aux enchères à des prix pouvant aller jusqu’à 150 $. Le melon Yubari ressemble à un melon à l’extérieur, mais son goût est tout à fait unique, beaucoup plus doux que le cantaloup.

Les champignons matsutake

Savoureux, recherché pour sa chair blanche, fibreuse et parfumée, le champignon matsutake est cultivé partout dans le monde, y compris en Chine, au Canada, en Finlande, aux États-Unis et en Suède. Très prisés dans la cuisine japonaise, ces champignons sont très difficiles à produire. Ils se vendent en détail pour environ 90 $ le kilogramme, mais le matsutake peut se vendre pour plus de 2 000 $ par kilogramme, au Japon.

Les chocolats de Knipschildt

Il s’agit d’un chocolat qui possède un centre de truffe et est recouvert de riche chocolat noir. Fred Knipschildt a commencé à les produire quand il a déménagé aux États-Unis, en 1996. Il se vend environ 2 600 $ la livre.

Le bœuf de Kobe

La viande est généralement considérée comme très délicate, réputée pour sa saveur, sa tendreté et sa texture persillée. Les vaches sont nourries uniquement avec les meilleures herbes et apprennent même à déguster la bière, qui semble-t-il attendrit la viande. Malgré de nombreux produits de bœuf américains étiquetés Kobe, le bœuf japonais authentique de Kobe n'était disponible à la vente jusqu'à récemment qu'au Japon. Le bœuf marbré de Kobe peut se vendre jusqu’à 770 $ le kilogramme.

Le caviar Almas

Diamant en russe, le caviar Almas, autrefois réservé au shah d'Iran. C'est un caviar blanc provenant d'esturgeons sauvages. On le récolte derrière les ouïes des esturgeons d’Osciestra quand ils sont âgés de 60 à 80 ans. Son prix est de 8 400 $ à 15 500 $ la livre. Les œufs de caviar d'Almas sont d’une couleur ambre translucide pâle. La liste d’attente pour en acheter est d’environ 4 ans.

La truffe blanche

La truffe blanche, comme la truffe noire, est très rare. De faible production, la truffe blanche (en italien, tartufo bianco) se développe spontanément dans tout le sud du Piémont. La truffe blanche se vend entre 1 360 $ et 4 200 $ par livre, mais les grandes truffes peuvent se vendre pour beaucoup plus cher. La diminution de sa récolte ces dernières années a provoqué une augmentation spectaculaire de son prix.

La soupe aux nids d’oiseaux

Ce plat figure parmi les plus rares sur terre. Ce mucus est recherché comme produit de luxe par la cuisine traditionnelle chinoise vietnamienne et de nombreux pays d'Asie du Sud-Est, mais on lui attribue aussi de nombreuses vertus pour la santé. Il est fait à partir de salive de la salangane, un type d’hirondelle dont on retrouve les nids dans des grottes. Cette soupe se vend entre 910 $ et 4 535 $ la livre.

L’or

Oui, l’or peut se déguster… Reconnu pour son goût fade, l’or à l’Hôtel Burj Al Arab, sur un dessert parsemé d’or. L’or comestible se vend entre 33 000 $ et 110 000 $ par kilogramme. À New York, un chef propose un bagel à 1 000 $, avec fromage à la crème à la truffe blanche et gelée de riesling et baies de goji, accompagné d’une feuille d’or.

Les aliments les plus rares au monde
Les aliments les plus rares au monde
Les aliments les plus rares au monde
Les aliments les plus rares au monde
Les aliments les plus rares au monde
Les aliments les plus rares au monde
Les aliments les plus rares au monde
Les aliments les plus rares au monde
Les aliments les plus rares au monde


Commentaires

Publicités

Pour annoncer dans le 20 minutes
(450) 753-3871

À lire aussi

Facebook

facebook.com/magazine20minutes




Articles similaires

27 Octobre 2016

Les régimes les plus absurdes

Les régimes ne datent pas d’hier et les façons de perdre du poids sont toutes aussi farfelues. Voici les régimes les plus extravagants de jadis.