Six façons qu’a le corps (le cerveau) de vous trahir

22 Juin 2016 - Saviez-vous?

Six façons qu’a le corps (le cerveau) de vous trahir

Le cerveau, cette machine complexe et qui, bien qu’il soit généralement un de nos plus grands alliés, peut nous jouer de sacrés tours… à notre insu… Voici la preuve, avec ces six phénomènes, que notre cerveau est perturbé. Étonnant… Surprenant… Déstabilisant…

 

La mémoire qui fait des siennes

Si elle peut être défaillante, la mémoire peut déformer certains souvenirs, voire en inventer. Des scientifiques ont expliqué comment certaines personnes venaient à relater des souvenirs improbables et peu plausibles. Le phénomène s’explique par une série d’erreurs dans le contrôle et l’évaluation de l’origine des souvenirs, soit le « source monitoring ».

 

Le syndrome de Charles Bonnet

Le Syndrome de Charles Bonnet consiste en des hallucinations visuelles complexes survenant chez des sujets âgés ne présentant pas de troubles mentaux. Ceux-ci perçoivent   alors qu’ils n’ont aucune maladie mentale   personnes, personnages, animaux, bâtiments et toutes sortes de figures en mouvement. L’association d’une perte de la vision centrale observée dans la dégénérescence maculaire liée à l’âge et d’une perte de vision périphérique consécutive à un glaucome est un facteur prédisposant au syndrome de Charles Bonnet.

 

Entendre de la musique... quand il n’y en a pas

Entendre de la musique de façon claire alors qu’il n’y en a pas peut être troublant. Même s’il ne s’agit pas d’un symptôme lié à un trouble psychiatrique, comme le syndrome de Charles Bonnet, il survient chez des sujets âgés souffrant de troubles auditifs. Ces derniers sont convaincus d’entendre une musique, souvent une symphonie ou un orchestre, alors qu’il n’y en a aucun.

 

Un membre fantôme

Le terme membre fantôme désigne la sensation (hallucinose) qu’un membre ou organe amputé ou manquant, est toujours relié au corps. De 60 à 80 % des individus ayant subi une amputation peuvent ressentir cette sensation, le plus souvent douloureuse, d’autant plus chez les sujets ayant vécu un traumatisme physique ou psychologique important. Cette sensation fantôme peut également apparaître pour plusieurs parties du corps, comme les dents ou les seins. La sensation peut être empirée par le stress, l’anxiété et les changements météorologiques.

 

Les illusions d’optique

Tout le monde est familier avec les illusions d’optique qui surviennent naturellement ou sont créées délibérément par des dispositifs qui utilisent certains principes de fonctionnement du système visuel humain.

 

 

À en perdre la voix

La dysphonie spasmodique, vous connaissez ? Quoique très rare, cette affection neurologique est caractérisée par une altération de la voix causée par le serrage des cordes vocales. Elle se manifeste par un timbre serré, essentiellement lors de la parole, moins lors du chant, ce qui veut dire que l’émission vocale peut devenir quasi impossible. Cette affection peut toutefois être traitée avec du repos, des exercices vocaux et dans des cas plus graves, avec l’aide d’un orthophoniste ou encore d’injections.

 

L’effet placebo... et nocébo

Tout le monde connaît le placebo, un traitement pharmacologique qui n’a aucun effet sur le consommateur, mais qui permet de reconnaître l’efficacité ou non d’un médicament ou d’un traitement, bien que la notion psychologique peut, à elle-même, suffire à guérir. Ainsi, le placebo est une autre preuve que le cerveau peut convaincre suffisamment le corps pour l’influencer biologiquement ou biochimiquement (fréquence cardiaque, pression artérielle, etc.). Bien sûr, l’effet placebo a aussi son contraire, soit l’effet nocébo, qui peut aussi prendre la forme des effets indésirables d’un vrai médicament. Il est présent, car le patient, sachant qu’il prend un médicament, recrée inconsciemment les effets indésirables dont il a pu entendre parler auprès de ses amis, dans les médias, ou simplement lu sur la notice.

 

(Source : //www.sympatico.ca/actualites/)

 



Commentaires

Publicités

Pour annoncer dans le 20 minutes
(450) 753-3871

À lire aussi

Facebook

facebook.com/magazine20minutes